h1

La langue avait un goût

4 juillet 2009
Hamburg deine Straßen

Hamburg deine Straßen

« Lorsque je suis arrivée à Hambourg, je connaissais toutes les lettres de l’alphabet, certes, mais je pouvais regarder longuement chacune d’elle sans reconnaître pour autant la signification des mots. Ainsi je regardais tous les jours les affiches collées face à l’arrêt de bus, mais je ne lisais jamais les noms des produits. Je sais seulement que l’une des plus belles portait sept fois la lettre S. Je ne cris pas que cette lettre m’ait rappelé la forme d’un serpent. A la différence d’un serpent vivant, le S n’est pas fait de chairs et de liquides, comme d’ailleurs toutes les autre lettres de l’alphabet. A force de répéter dans ma bouche le son s, je m’aperçus que ma langue avait tout d’un coup un goût étranger. J’ignorais jusque là que la langue pût avoir un goût. »

Yoko Tawada, Narrateurs sans âmes, 2001.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :